Qui suis-je ?

Je m’appelle Romain Miot, j’ai 25 ans au moment de la création de ce site et encore toute la vie devant moi pour accomplir mon rêve le plus ambitieux : celui de visiter tous les pays du monde.

0
Pays visités

Durant mon enfance à Cussac près de Limoges, je passais la plus grande partie de mon temps à jouer dans le jardin à la recherche d’un moyen d’évasion car je suis de tempérament curieux et rêveur. Petit, je souhaitais devenir pilote de chasse dans l’Armée de l’Air puis astronaute. L’ailleurs m’a toujours fasciné et dès l’âge de 10 ans mes parents, Christian et Françoise, m’ont fait visiter un premier pays étranger : Monaco. Puis, deux ans plus tard, il me faisaient découvrir deux nouveaux pays frontaliers : la Suisse et l’Italie. À l’âge de 15 ans, je prenais l’avion pour la première fois en direction du Sénégal. Et ce n’est qu’à 17 ans que je partais pour la première fois sans mes parents, pour participer à un tournoi mondial de handball au Japon.

Par la suite, mon envie d’évasion me décida à partir en Espagne faire des études de kinésithérapie, à Manresa en Catalogne où j’ai passé quatre belles années d’étudiant. J’avais rassemblé les souvenirs de mes voyages sur les murs de la chambre de mon bel appartement catalan. Durant ces quatre années, j’ai mûri. J’ai appris à me débrouiller seul et j’ai réussi à juguler une timidité devenue oppressante. Une véritable victoire remportée sur moi même et dont je suis sorti grandi. J’avais besoin d’inattendu, et cette première longue expérience à l’étranger allait en fait changer le cours de ma vie. J’apprenais à me connaître et à exprimer ce que je désirais au plus profond de moi.

À 21 ans je partais avec mon sac à dos comme seul compagnon de voyage pour réaliser un rêve d’enfance : aller sur l’île de Pâques. Un rêve rendu possible par quatre ans de travaux saisonniers pour financer ce voyage et trois mois pour le programmer. J’avais épluché tous les guides, les sites internet et les blogs pour me préparer au mieux à ce grand saut vers l’inconnu. Et c’est ainsi que je passais un mois et demi à parcourir l’Amérique du Sud pour relier Ushuaïa en partant de Lima. Joignant l’utile à l’agréable, j’ai fini par travailler un mois à l’hôpital central de Mendoza en Argentine en tant que stagiaire kinésithérapeute en thérapie intensive et en néo-natal. Ce voyage m’a bouleversé, tant par les rencontres que j’ai faites que par les paysages que j’ai pu admirer. L’île de Pâques fut quant à elle autant exceptionnelle que difficile d’accès.

0
Moaïs observés

Mon diplôme de kinésithérapeute en poche, je décidai aussitôt de voyager un peu plus loin, me rendant dans des pays d’Océanie tels que l’Australie ou la Nouvelle-Zélande et sur le seul continent où je n’étais jamais allé, l’Amérique du Nord, en visitant une partie des Etats-Unis. Sur le vol de retour de ce long périple, je me replongeais dans la lecture du livre « Les Cavaliers » de Joseph Kessel que j’avais adoré enfant, m’imaginant monter à cheval pour pratiquer le Bouzkashi, un sport équestre de rapidité et d’endurance. Cette lecture a aussitôt fait monter en moi le désir de me rendre en Afghanistan où se pratique ce sport afin de le découvrir.

À mon retour en France, mes parents et mes amis qui ne partageaient pas mon intérêt pour ce livre, étaient très réticents à l’idée que l’on puisse visiter un tel pays, de surcroît parfaitement inaccessible, tout comme l’est la Corée du Nord qui m’attire particulièrement.

Passionné des voyages et obstiné, je souhaitais montrer à mon entourage qu’il était possible et même très intéressant de visiter de tels pays en recherchant correctement les bonnes informations. Peu de temps après, un article de l’agence « Les loups voyageurs » sur les réseaux sociaux racontant que le Bouzkashi était de nouveau pratiqué dans les provinces du nord de l’Afghanistan attirait mon attention. Dès lors, je mettais tout en œuvre pour réaliser ce projet de voyage et, à 23 ans, je m’envolais pour Mazar-e-Sharif, visiter mon premier pays « difficile ». Ce voyage en Afghanistan m’a émerveillé, tant par la beauté de ses paysages que par ses richesses culturelles confortant ce que je m’étais imaginé de ce pays.

Peu après ce périple, je lisais un article passionnant sur les voyages racontant qu’il y avait plus de personnes qui avaient été envoyées dans l’espace que de personnes ayant visité tous les pays du monde. Soudainement cette question s’est imposée à moi : Et si j’en faisais partie ? 

De ce questionnement est née une véritable aspiration : celle de s’organiser pour visiter les 197 pays du monde. Il ne s’agit pas de rapidité, ni de trophées de voyages, mais simplement de mener un projet de vie autour de la connaissance du monde et de ses habitants, de la rencontre avec l’autre et de l’expression de sa propre liberté. En fait il s’agit de réaliser le rêve d’une vie qui, pour moi, prendra une dimension extraordinaire par la complexité de mon projet et grâce à la rencontre des formidables populations qu’habitent ce monde.

Avec le temps j’ai réussi à lier ma passion du voyage à ma vocation professionnelle de kinésithérapeute. C’est ainsi qu’en pleine crise du COVID-19 j’ai pu exercer mon métier dans un endroit paradisiaque, à l’agence de santé de Wallis-et-Futuna, pour apporter mon aide en tant que soignant tout en me rapprochant de pays difficilement accessibles depuis la France métropolitaine.

Finalement, c’est pour répondre à la sollicitation de mes amis et des personnes rencontrées en parcourant le monde, que je crée ce site afin d’y référencer tous mes carnets de voyages et de faire partager ma vision du monde, ma passion, mes sentiments et mes émotions. C’est aussi un moyen pour moi de me souvenir de chaque moment, même si je préfère en garder quelque-uns pour moi. Mais c’est également pour toi, chère lectrice et cher lecteur, l’occasion de te donner des clés pour faire de tes projets de voyage des réussites. Car si je peux voyager autant, pourquoi pas toi ?

Avancement du projet

18 %

Monde Placeholder
Monde